Salut à tous

 

     Ben oui, que voulez vous, c'est la 10ème route du Rhum à St Malo, et c'est la deuxième que le Samarkand voit depuis son hangar. N'empêche que ça fait drôle, je n'aurais jamais imaginé en 2010, alors que le bateau était à l'état d'une simple coque à l'envers et à peine stratifiée que 4 ans après j'y serais encore....Comme quoi, le principe de réalité vous rattrape toujours!

     Bon en attendant, depuis le temps que je n'ai pas donné de nouvelles, j'en ai presque mauvaise conscience, certains m'envoient d'ailleurs des mails pour me demander ce qui se passe. En fait il ne se passe rien sauf que la construction continue et le constructeur amateur que je suis continue son ouvrage sans trop regarder le monde autour.... Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier quand même de vivre dans un pays riche et pas en guerre où on a encore l'occasion de s'intéresser à la voile. Je ne suis pas sûr que dans beaucoup d'autres pays, et pas si lointains pour certains, on en soit encore là... C'était juste ma petite réflexion à l'endroit de tous les chafoins que je vois ou entend tous les jours se plaindre de la décadence du pays. C'est dit!

     Donc depuis le dernier article, qu'est ce qu'on a fait? En fait beaucoup de chose mais vraiment pas spectaculaires: des renforts, de la strat, de l'enduit et des tas de petitis détails que même si je vous les montrais, vous ne les verriez pas, donc on va passer là dessus. Mais il y a quand même quelques trucs qui se voient, alors je vous les montre:

     D'abord, le panneau de descente. Voilà un un gros boulot, il faut que ça soit efficace, esthétique, pratique, donc ça demande un peu de soin et du temps. Pour la partie horizontale, on a récupéré la découpe de la descente qu'on a élargie et ça donne ça:

CIMG3558

     Ci dessus la structure de descente, avec les longerons parallèle en CP/monolythique, collés sur le roof....

CIMG3565

     La face avant du panneau horizontal, oblique pour un meilleur écoulement de l'eau..

CIMG3570

....Collage d'un rebord arrière qui servira à la manoeuvre du panneau..

CIMG3593

     Et enfin l'ensemble quasiment terminé, avant peinture, mais avec les protections en aluminium (4mm)....

     En même temps, on travaille aussi à un secteur stratégique: la cuisine. Evidemment, comme il n'y rien de standard dans les dimensions (en fait, c'est sans doute parce qu'on y a pas pensé à temps), je suis obligé de construire les moindres caisses ou tiroirs de rangement....

CIMG3580

     Exemple ci dessus: comme on arrive en fin de construction, on essaie de ne plus acheter de bois et on récupère tout ce qu'on peut dans les multiples chutes pour fabriquer ce genre d'éléments.

CIMG3581

     Là, vous avez un exemple des réalisations en cours: un tiroir coulissant à bouteilles (C'est qu'on n'oublie pas l'essentiel)...

CIMG3588

     Petit tour dans la baille à mouillage: les 35 mètres de chaine de 8 se sentent bien petits au milieu de cette immense baille. Je sens qu'il va falloir compartimenter ça.....

 

     Bref comme vous le voyez avec ces exemples, ça bosse et on espère vraiment en terminer en 2015.

 

          Sinon, qu'est ce qu'on a fait ces temps derniers?

     Ah oui, on a été au grand pavois de la Rochelle, histoire de voir la production actuelle. Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, je trouve quand même que les bateaux de série, mêmes de petite série, s'embourgeoisent sérieusement. Comme par exemple ce RM 1060:

DSCN0297

 

     C'est très beau, du moins au port, mais qu'il est loin l'esprit RM des débuts. Il parait que c'est ce que veulent les "clients", maintenant.....Pour ma part, je reste un partisan des vrais et seuls RM à mériter ce nom: les RM 900 et 800, car c'était bien les plus novateur de la lignée....Quand je pense qu'à l'origine, le RM était un bateau pour ceux qui ne voulaient pas naviguer dans un salon flottant genre Bénéteau....

     Sinon bien sûr, on y revient: la route du Rhum. On a comme tout le monde été arpenter les quais. Mais c'est bien dommage, on ne peut pas alller sur les pontons, du coup, à part les privilégiés avec cartes d'accès, on ne peut pas aller voir de près les classe 40, hors c'est bien la seule catégorie qui m'intéresse.... enfin bref, on les regarde de loin.

DSCN0307

     Au second plan, on voit la voile de "Bruneau", c'est le classe 40 de Paul Hignard, un jeune d'ici qui à 18 ans se lance dans sa première transat. Le jeune homme est tellement pressé qu'il a hissé sa voile huit jours avant les autres!

DSCN0308

     L'énorme Sodebo à Thomas Coville, on peut en dire ce qu'on veut, mais quand même manoeuvrer des engins de ce genre tout seul, c'est un sacré exploit.....

 

DSCN0318

 

     Sur Spindrift, qui est le plus gros de tous (40 mètres), le skipper, Yann Guichard, a repris une idée de Franck Cammas (grand cycliste entre autres talents) qui est d'utiliser un vélo pour mouliner un winch. J'ai essayé sur leur stand: je peux vous dire que c'est inhumain, si vous voulez une comparaison, je dirais que pédaler là dessus, c'est comme grimper le Ventoux sur le grand plateau avevc un remorque de 50 kg derrière le vélo....!

DSCN0325

    Il y a aussi comme à chaque fois les grands monocoques de la classe IMOCA. Il parait que tous ces bateaux sont dépassés, l'an prochain il y en a toute une vague de flambant neufs qui vont sortir en prévision du prochain Vendée Globe, du coup ces bêtes de course vont être bradées: avis aux amateurs!

     Pour ma part, cette course à la technologie me laisse dubitatif. Car j'aime bien ce qui dure, et j'ai justement vu une belle image pour illustrer ce propos, celle d'un Muscadet dans sa bouteille: 50 ans que ce petit bateau navigue et traverse l'atlantique, et bien je vais vous dire, voilà qui mérite vraiment le respect.

DSCN0313

Le muscadet éternel et en arrière plan, les remparts tout aussi éternels de St Malo: tout un symbole;

 

Image-1024-1024-70421

     Belle image nocturne des bateaux, la route du Rhum c'est beau la nuit aussi.

 

     Voilà, et je voudrais terminer, puisque l'on parle de respect, en évoquant ce gars qui vient de se lancer dans un tour du monde à l'envers, sans énergie fossile et sur son propre bateau qu'il a construit lui même, je veux parler de Jacques Riguidel, sur son solaire 34, dont l'architecte est David Réard. Il est parti de Lorient le 28 octobre, et espère boucler ce tour de monde en 6 à 8 mois. Vous pouvez aller sur sa page facebook ou son site internet pour suivre cette épopée. On lui souhaite bien sûr de réussir, ce serait un sacré exploit quand même. Bon vent Jacques!

 

Solaire 34 Oct 2014

 

 

     Quant à moi, je retourne de ce pas dans mon hangar et vous dit à +!

 

                             Atchao!